Les avantages du pré naturel

Pour ceux qui trouvent trop sage le gazon impeccable
Un gazon impeccable demande beaucoup de travail et l’on finit par en devenir esclave. Il est plus proche de la conception d’un jardin vitrine que d’un jardin à vivre, d’un jardin loisir. À une étendue uniformément verte, quelque peu monotone, vous préférerez peut-être le pré traditionnel, la libre prairie, où les graminées classiques des gazons dominantes coexistent avec les pâquerettes et les fleurs printanières.


Faites évoluer votre pelouse en pré

Cessez les traitements
Pour qu’une pelouse bien entretenue évolue vers le pré naturel, commencez par interrompre les apports d’engrais, de désherbants sélectifs et d’antimousses, ingrédients indispensables des tapis verts. Les végétaux, livrés à eux-mêmes, vont ainsi trouver tout seuls leur équilibre.
Les graines de nombreuses espèces, présentes dans la terre ou apportées par le vent ou la faune, vont germer et se développer, et prendre leur place parmi les graminées.

Tondez rarement
Pour que des plantes différentes des graminées puissent s’implanter, il faut les laisser pousser. Vous allez donc tondre plus rarement que pour un gazon classique. Vous pouvez vous contenter d’une fois par mois, du printemps à l’automne. Attendez que les plantes aient atteint une bonne dizaine de centimètres de hauteur. Si le temps est sec, la croissance est plus lente et la fréquence des tontes peut encore être ralentie.

 

Les avantages du pré naturel

 

Nos équipements et outils de jardin

Implanter et entretenir une prairie

Son implantation

Une praire naturelle s’implante de la même façon qu’une pelouse. Il convient donc d’ameublir le terrain à l’aide d’une moto bineuse. Mais, contrairement au gazon classique, les espèces ensemencées préfèrent une terre relativement maigre. Il ne faut donc pas apporter d’humus.

Pas de piétinement

Contrairement à la pelouse que vous avez laissé évoluer tout en la maintenant relativement basse, une prairie de ce type ne permet pas les jeux des enfants : quand l’herbe est haute, il faut s’abstenir de la piétiner. Par ailleurs, après la coupe, elle est jaune et d’aspect peu dense, même si elle reverdit rapidement.

Le fauchage
Dans les prairies traditionnelles, l’herbe est généralement fauchée deux fois, la première en juin et la seconde vers la fin de l’été. Ce rythme permet de laisser les fleurs printanières donner leurs graines ; la coupe intervient lorsque celles ci sont mûres et commencent à tomber, ce qui permet aux espèces concernées de se ressemer.


Le Conseil Pasero

Qui dit prairie dit grands espaces

Une telle prairie ne convient qu’aux grandes surfaces et ne peut trouver son équilibre que sur un minimum de 200 m2. Sur un vaste terrain, elle convient idéalement aux fonds, aux parties éloignées de la maison. Vous pouvez aussi l’implanter au pied des arbres fruitiers dont la récolte intervient quand l’herbe a été fauchée, en particulier aux pieds des pommiers et poiriers.
Son principal intérêt est d’offrir un beau spectacle, un bel espace d’herbe haute constellé de fleurs diverses. De plus, le pré attire les abeilles, les papillons et toute une faune bénéfique, et répand d’agréables parfums.

 

Et pour aller plus loin :

 


Newsletter

logo villa verde